« Un Autre Jour » – Nouvel Album

« Un Autre Jour »

C’est le titre de cet album à paraître en novembre prochain. Trois mots qui ouvrent vers hier et demain tant ils évoquent la charnière du maintenant. Le jour, cette étrange unité d’existence dictée par un lointain brasier dans l’immensité d’une nuit que nous peinons à concevoir. Un jour, un tour de terre, un cran de calendrier. Une goutte le long de la stalactite. La promenade d’une vie pour un papillon « éphémère ». L’Homo Sapiens de France lui, Continuer la lecture « « Un Autre Jour » – Nouvel Album »

COP 26 – « J’attends ma fille sous un prunier « 

Invité par l’université de Londres et groupe « Poets for Planet » à écrire un texte après une rencontre avec un chercheur, voici la vidéo du texte « J’attends ma fille sous un prunier » écrit après une discussion sur les nécessités des espaces verts en ville.

Vidéo diffusée à Glasgow au milieu de d’autres venant du monde entier.

Texte et Voix : Jérôme Pinel
Traduction en anglais. Megan Cazalis

Cette fois-ci, c’est bien parti.

Premier extrait de l’Ep à venir pour le mois de mars 2021, le titre « La valise d’Habib » est disponible sur toutes les plateformes en un clic sur le lien ci dessous:
https://backl.ink/143647683

J’espère que vous l’apprécierez. Pourvu qu’il voyage loin.
A bientôt pour la suite.
Jérôme

Photo. Patrice Camparmo

ANNULATIONS SPECTACLES NOVEMBRE

-ANNULATIONS NOVEMBRE-

En raison des restrictions dues à la crise sanitaire, l’ensemble des prestations publiques prévues ce mois de novembre sont annulées et reportées à des dates ultérieures tant les concerts du trio que les performances de poésie. Nous saurons bien assez vite ce qu’il en sera pour le mois de décembre.

Vive le spectacle vivant qui transpire avec le public et postillonne sans question ! Prenez soin de vous. On y reviendra.

 

Le Manufrance.

D’abord, il y a eu le réfrigérateur. Énorme. On l’avait commandé pour noël dans le catalogue Manufrance, un énorme bottin de trois cents pages qui atterrissait dans la boite aux lettres une fois par an. Énorme aussi les bras du livreur qui avait sorti la machine de son camion. Une machine qui ronronnait dans la cuisine. Une machine qui sortait des usines du nord, énormes elles-aussi nous avait lâché le type.

Ne me demandez pas ce qu’est devenu le livreur de pain de glace. Je rangeais la bouteille de limonade à sa place. Continuer la lecture « Le Manufrance. »

« Vince »

Je n’ai jamais aimé Vince et pourtant ce dimanche gris d’avril, alors qu’il sort des vestiaires pour se rendre sur le ring installé pour l’occasion au centre du vieux gymnase, je suis pour lui. Chauvinisme de village ? Peut être. Parce que je sais qu’encore une fois le décor n’est pas au rendez vous de l’ambition des hommes comme toujours dans cette ville de merde ? Aussi.

Le gymnase est une vieille bâtisse datant des années cinquante. Une grande partie de la jeunesse des alentours -en tout cas, celle inscrite dans le public- a cavalé durant ses années lycées dans ces lieux qui tiennent presque autant de la grange que de l’architecture est-européenne fin XX. Bref, spartiate. Des murs de parpaings aux toits de tôles sales Continuer la lecture « « Vince » »